Entrée lexique: Fermentation

Fermentation

Fumer du tabac brut sans traitement ne serait pas un plaisir. Les protéines présentes dans la feuille de tabac sentaient mauvais les cheveux brûlés lorsqu’ils étaient brûlés. Pour profiter de l’arôme équilibré et aromatique du tabac, il faut d’abord le faire fermenter.

Lors de la fermentation ou de la fermentation du tabac brut, les protéines présentes dans la feuille de tabac sont biologiquement dégradées et la teneur en nicotine du tabac est réduite. Les processus qui ont lieu pendant la fermentation du tabac ne sont pas encore entièrement connus. Il s’agit d’un mélange de processus de dégradation par des enzymes feuillues et des enzymes ainsi que par des conversions bactériennes.

La fermentation s’effectue à des températures d’environ 50 à 60° C. Le processus de fermentation s’effectue à des températures d’environ 50 à 60° C. La chaleur est soit générée par elle-même, soit ajoutée de l’extérieur. Une fois la fermentation terminée, le tabac est refroidi et séché jusqu’à ce que l’humidité soit tombée à moins de 16%.

Il faut de huit à dix mois avant que le tabac puisse être séché et conditionné en balles.

Ce contenu a été publié dans F, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien de cette entrée de lexique.